Conseils pour utiliser un rameur

Si vous avez envie d’une silhouette harmonieuse et une meilleure condition physique, le rameur reste l’un des plus utilisés dans le domaine. C’est un équipement sportif visant à brûler efficacement les graisses. Il fait travailler l’ensemble de la masse musculaire en passant par le haut et le bas du corps. Son utilisation requiert quelques précautions permettant d’assurer une sécurité optimale et d’en tirer tous les bienfaits. Ci-dessous la marche à suivre :

La phase de préparation

Le principe est simple, il suffit de prendre place en choisissant une position appropriée afin d’éviter les éventuelles blessures. L’idéal consiste à maintenir le buste et le dos parfaitement droit en maintenant la barre au niveau du nombril. Grâce aux sangles et aux socles prévus à cet effet, les pieds seront immobilisés veillant à disposer les jambes et les genoux de manière parallèle. Veillez à bien régler les paramètres en débutant par la résistance. Il faut savoir que la plupart des rameurs indiquent un freinage à air ou un système plus perfectionné que l’on peut modifier. Selon la marque et le type de machine, on retrouve généralement une console dévoilant le programme d’entraînement. Le choix se porte sur un mode manuel ou encore automatisé suivant les préférences. Ensuite, on simule les mouvements de pagaie en préparant l’organisme à réaliser l’étape du tirage et du retour. Avant les exercices de musculation et de cardio-training, un petit échauffement de 5 à 30 minutes s’avère recommandé. Des étirements d’une quinzaine de minutes feront très bien l’affaire.

La séance d’entraînement

Comme son nom l’indique, le rameur représente un appareil de musculation reproduisant les mêmes mouvements en ramant sur un aviron. Le dispositif sollicite la totalité des muscles en passant par la ceinture abdominale, les avant-bras, les cuisses, les mollets et les autres membres. La durée des sessions repose sur la motivation et la performance de la personne. Le processus débute par le fléchissement des bras et la flexion des jambes en essayant de préserver un rythme constant durant le tirage et le retour. Le maniement du rameur se déroule au fur et à mesure des efforts et de l’énergie de chaque individu. Il faut, donc, privilégier une séance progressive en passant par une intensité moyenne à un stade avancé. Le programme se compose d’une multitude d’exercices en variant la cadence et l’intensité. L’entraînement progressif privilégie certains éléments, à commencer par :

  • L’importance de la technique en exécutant correctement les mouvements. Du côté des débutants, il est vivement déconseillé d’allonger le dos lors de l’extension au risque de provoquer des sensations douloureuses au niveau des articulations.
  • Le recours à des accessoires pratiques dont le cardio-fréquencemètre, un outil qui détermine la fréquence cardiaque au repos et à l’effort. Les données recueillies permettent d’adapter les performances selon les besoins et les disponibilités. Dans la liste, les gaines abdominales apportent une efficacité maximale en stabilisant la colonne vertébrale.
  • Un programme personnalisé spécialement conçu par un professionnel ou un coach sportif qui contribue fortement à l’amélioration des exercices. La démarche entame un intervalle d’initiation, de conduite et de récupération sans oublier de faire des pauses.
  • Une alimentation équilibrée favorisant des aliments frais et protéinés accompagne efficacement la pratique du rameur. Entre une perte de poids ou un renforcement musculaire, de bonnes habitudes alimentaires accentuent et améliorent les résultats.

Les gestes à éviter

Au cours de l’usage d’un rameur, une concentration sans faille demeure primordiale en termes de sécurité. Dans tous les cas, la traction exige une parfaite synchronisation de certaines parties du corps telles que les bras, les jambes et le dos. Le corps doit être coordonné surtout au moment de la traction vers l’arrière. Parmi les positions proscrites, l’étirement excessif du corps vers l’avant conduisant les épaules et la tête vers la tête. Négliger le réglage de la résistance conduit à des séances inadéquates par rapport au niveau de l’utilisateur. Ceux qui souffrent de douleurs cervicaux ou dorsaux seront dans l’incapacité de pratiquer cette activité. Seul un médecin pourra consentir à donner son autorisation après une évaluation et un bilan de santé. La solution privilégie le respect des consignes du fabricant et des contre-indications.  

 

En somme, le rameur présente de nombreux atouts à condition de s’en servir convenablement. Dans sa manipulation, il réclame au moins 90 % des muscles d’où une attention particulière sur les réalisations des mouvements et le positionnement du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *